lundi 9 juillet 2018

Modèle et analyse des états du moi


Notes et commentaires tirés de l'article "Modèles et analyse des états du moi" de
Rebecca L. Trautmann & Richard G.Erskine A.A.T Vol.6 n°22 p.60


Il existe différents modèles des états du moi. Le choix d’utiliser l’un d’eux dépend de l’usage que l’on veut en faire ou ce que l’on vise à illustrer ou à mettre à jour.

Modèle
Conceptuel
Structural
Fonctionnel
Woollams
Pour quel usage ?
faire le tri des pensées, sentiments et comportements qui viennent d’incorporations (P), d’expériences archaïques (E) ou issus de stimuli externes et internes de l’ici et maintenant (A).
expliquer les dynamiques intrapsychiques qui font références au développement de la personne. Utile dans l’étude du scénario.
classer les comportements et apprendre des options comportementales
mieux comprendre le développement de la personne et du scénario

Modèle conceptuel de Berne

Un état du moi est un système qui rassemble les sentiments, pensées et comportements qui pour :

Le Parent (Extéropsyché), ressemblent à ceux d’une figure parentale
On peut dire que le Parent a pris les commandes chez moi quand je fais quelque chose qui ressemble à s’y méprendre à ce qu’aurait fait mon père, ma mère, ma grand-mère…

L’Adulte (Néopsyché), sont autonomes et adaptés à la réalité courante
Si maman aurait plutôt dit : Vraiment, on ne peut rien te dire. L’Adulte dit : Quand je vois la réaction que tu as là maintenant, je ne comprends pas, veux-tu m’expliquer ce qui se passe pour toi ?

L’Enfant (Archéopsyché), sont des vestiges de l’enfant de l’individu
Quand j’étais enfant et que l’on me faisait une remarque, je me disais : vraiment, je suis trop bête. Aujourd’hui que je suis une grande personne, quand on me fait une remarque je peux me dire comme quand j’étais enfant que je suis trop bête. L’Adulte dirait plutôt : Tiens, pourquoi me fais-tu cette remarque ? Ou, et s’il y avait une part de vérité là-dedans ? Le Parent dirait peut-être : Ah ! Encore une fois, tu es médisant !

Le Parent se forme à partir des attitudes, sentiments et comportements des figures importantes incorporées et introjectées. Le Parent d’une personne englobe les 3 EDM de ses parents (ou figures d’autorité).

L’Adulte englobe les pensées, sentiments et comportements en relation avec l’ici et maintenant.

L’Enfant englobe les vestiges des pensées, sentiments et comportements de l’enfance de la personne (depuis le début de la vie).

Le modèle conceptuel est la première conceptualisation de la structure du Moi de Berne. Il permet de faire le tri des pensées, sentiments et comportements qui viennent d’incorporations (P), d’expériences archaïques (E) ou issus de stimuli externes et internes de l’ici et maintenant (A).

Berne définit le Parent comme actif quand la personne agit comme le parent (ou la figure parentale) qu’elle a réellement eu. Il est influent quand la personne agit comme si ses parents étaient encore là pour diriger son comportement. Dans ce cas, le Parent n’est pas observable directement, puisqu’on observe le comportement de l’Enfant qui réagit dans l’adaptation à l’influence parentale.

Mon Parent est actif quand : je fais comme mon parent faisait.
Mon Parent est influent quand je réagis sous l’influence de ce parent.

Modèle structural

Le modèle structural décrit les fonctions de chaque état du moi qui structure le psychisme de la personne (Berne, Joines, Schiff, Harris).

La fonction du Parent concerne les valeurs, règles et normes

La fonction de l’Adulte concerne la résolution de problème, l’information, et s’appuie sur l’expérience de l’ici et maintenant

La fonction de l’Enfant concerne les sentiments et les réactions plus impulsives (ou réflexes)

Le modèle structural est une simplification du modèle conceptuel avec un accent sur les manifestations phénoménologiques (cad ce qu’on peut observer et décrire)

Le modèle structural de deuxième ordre permet d’expliquer les dynamiques intrapsychiques qui font références au développement de la personne. Il est utile dans l’étude du scénario selon Steiner, English, Goulding, Schiff…)


Selon le modèle des Schiff :
E0 correspond aux réactions réflexes aux stimuli
A0 correspond aux préférences positives ou négatives intrinsèques à l’expérience

P0 correspond aux préférences positives ou négatives conditionnées

Les noms donnés au P1 diffèrent selon le modèle utilisé (l’Orge, la Sorcière, l’électrode, le fantôme, le parent flic…). Le modèle schiffien utilise le terme de Parent sorcier pour décrire le processus où l’enfant, faute de structuration externe adéquate recourt à une combinaison d’imaginaire et de peur pour se forcer à s’adapter. Le traitement consiste alors à un parentage et à informer pour permettre à la personne d’apprendre à s’adapter aux exigences de la réalité externe plutôt qu’aux peurs internes provenant de son imaginaire.

Modèle fonctionnel

Le modèle fonctionnel décrit la composante comportementale de chaque état du moi. Il sert à classer les comportements et à apprendre des options comportementales.

Le Parent normatif décrit les attitudes et les jugements arbitraires conforment ou non au milieu culturel (à une norme arbitraire ou fondée)

Le Parent nourricier décrit les attitudes nourricières conforment ou non au milieu culturel

Adulte décrit l’attitude qui consiste à résoudre un problème

L’Enfant adapté décrit les attitudes, les pensées et les comportements soumis à l’influence parentale

L’Enfant naturel décrit les attitudes, les pensées et les comportements qui suivent les impulsions de la personne, dénués de toutes influences


 
Diagramme fonctionnel des états du moi (Berne et Joines)  / Modèle fonctionnel ou comportemental des états du moi (Dusay[i])

Modèle de Woollams

Woollams combine le modèle conceptuel et structural. Le diagramme structural de 2ème ordre de Woollams permet de mieux comprendre le développement de la personne et du scénario.

Dans ce modèle, le Parent P2 a enregistré les comportements passés des parents et autres figures d’autorité.

Le P1 enregistre et intériorise les décisions, les sentiments et les comportements conditionnés qui servent à aborder les figures d’autorité (Fais la bise à la dame – je fais la bise aux dames pour leur dire bonjour)

A1 ou petit professeur est la source de la pensée intuitive et créative (fonction de A1 dans le modèle structural). Il enregistre et intériorise des pensées sur l’expérience

E1 est la source des sentiments et des besoins non censurés. Il enregistre et intériorise des réactions anciennes aux évènements non conditionnés.

Pathologie des EDM (pge 65)


Modèle conceptuel : Il y a contamination de l’Adulte par le Parent quand les pensées, sentiments et comportements des parents interfèrent sur le fonctionnement habituel. Cela signifie que je réagis de façon plus ou moins automatique comme mon parent le faisait.

Il y a contamination de l’Adulte par l’Enfant quand les pensées, les sentiments et les comportements proviennent d’expériences anciennes troublent le comportement de la personne dans l’ici et maintenant. Cela signifie que je réagis comme quand j’étais enfant à une situation d’aujourd’hui.

Il y a exclusion de Parent quand l’énergie  des pensées, sentiments et comportements incorporés du parent est retiré de l’ici et maintenant. Cela peut être bénéfique comme négatif selon ce qui est retiré. S’il s’agit de retirer de la pensée, des sentiments ou du comportement des valeurs protectrices, selon peut être dangereux pour la personne. Si toutefois, il s’agit d’exclure des comportements violents issus du parent du présent de la personne, on peut aussi le voir comme une belle protection. Le problème de l’exclusion c’est qu’elle est d’abord inconsciente ce qui peut amener la personne à reproduire ou s’acharner à faire quelque chose qui lui semble OK alors qu’en réalité elle le fait par exclusion et non par choix véritable.

Il y a exclusion de l’Enfant quand l’énergie qui y est liée est exclue de la pensée, des sentiments ou des comportements dans l’ici et maintenant. Cela pourrait donner une personne qui, alors qu’elle se trouve dans un endroit propice à l’amusement, reste dans l’analyse de la situation plutôt que de profiter du moment en libérant l’énergie de l’enfant.

Il y a exclusion de l’Adulte quand l’énergie en prise avec l’ici et maintenant est exclue. La personne ne peut plus alors analyser la situation de l’ici et maintenant et voit la situation avec ses yeux d’enfant. C’est le cas dans le syndrome de stress post-traumatique par exemple. La personne revit une situation du passé comme si elle se trouvait effectivement dans ce passé sans aucune possibilité de voir ou sentir qu’elle est ici et maintenant.

Modèle structural : Il y a contamination de l’Adulte par le Parent quand un système préformé de normes, de valeurs et d’attitudes empiète sur la capacité de la personne à résoudre les problèmes dans l’ici et maintenant.

Il y a contamination de l’Adulte par l’Enfant quand des sentiments (de l’enfant) font irruption dans la pensée.

Ce modèle permet de distinguer ce qui vient de l’actuel, de l’archaïque, de l’appris ou du spontané, de l’incorporé, du déduit.

Il y a exclusion du Parent quand il n’y a chez la personne ni valeur, ni structure.

Il y a exclusion de l’Enfant quand il n’y a chez la personne ni sentiment, ni désir, ni besoin.

Modèle fonctionnel :
Il y a exclusion du Parent par l’absence de comportements normatifs et ou nourriciers
Il y a exclusion de l’Enfant par l’absence de comportements ressemblant à ceux d’un enfant.
Il y a exclusion de l’Adulte par l’absence de pensées en relation


[i] DUSAY, J., Egograms, New York, Harper & Roy, 1977


mercredi 11 avril 2018

Et pourquoi pas l'Enfant libre ?

Notes et commentaires tirés de l'article : Et pourquoi pas l'Enfant libre ?
Nelly Micholt & Rosendo Trevino, Et pourquoi pas l’Enfant libre ? A.A.T Vol.5 n°18, avril 1981, p.100

Dans cet article, Nelly Micholt et Rosendo Trevino décrivent le potentiel de l’Enfant libre.
Cet Enfant libre a besoin d’un Parent nourricier protecteur.

Développer son propre Enfant libre revient donc à développer son propre Parent nourricier protecteur intérieur par des messages d’accueil et bienveillants pour soi-même. Il agit donc en parent permissif face aux injonctions.

Sont ici rappelées les fonctions de l’Enfant libre (selon le modèle structural de Berne) sur le plan OK+. Ce qu’ils nomment les « clefs de la batterie OK » :
- Exprimer ses sentiments
- Être ouvert, chaleureux, intime
- Exprimer ses vrais besoins, ses désirs et sa spontanéité

Si j’exprime mes sentiments dans une démarche OK+/OK+ ouverte, chaleureuse, intime, mes vrais besoins, mes désirs et ma spontanéité, je trouverais plus de bien-être et de retour positif (peut-être après un temps de digestion pour l’autre).

Mais comment en arriver à cette position OK+/OK+ concrètement ?
- Laisser entrer et sortir les caresses
En d'autres termes, accepter et prendre les compliments, les petits mots gentils et se laisser dire des compliments et des petits mots gentils. Cela fonctionnant dans les deux sens et pas à sens unique. On a aussi le droit de se donner des signes de reconnaissances positifs à soi-même. « Je suis contente de moi, j’ai fait ceci… »
- Écouter ses besoins et les satisfaire
C'est-à-dire savoir reconnaître quand vous on a besoin de dormir, manger, se reposer et mettre les moyens en place pour satisfaire nos besoins.
- Exprimer immédiatement ses ressentis
Cela veut dire par exemple, ne pas attendre d’accumuler de la frustration qui pourrait se transformer en colère, mais dire tout de suite ce qui se passe pour nous et demander si besoin ce qu’on attend en sachant que l’autre n’est pas obligé de répondre à nos attentes. Exprimer de suite permet de ne pas cumuler.
- Développer un climat chaud, encourageant, acceptant, sécurisant, protecteur et permissif.
C'est-à-dire se cocooner, se dorloter, se regarder avec bienveillance, compassion et optimisme.
- Structurer son temps de façon diversifiée et stimulante
Plutôt que de passer une journée sur une tâche désagréable, peut-être vaut-il mieux y passer une heure à plusieurs reprise, cela permet de prendre aussi du temps sur des tâches ludiques, passionnantes, reposantes… Alterner les moments agréables avec les moins agréables, créer un équilibre satisfaisant
- Relever des défis
Se donner de petits ou de grands buts, de petits ou de grands challenges de façon régulière. Aujourd’hui, peut-être que mon objectif serait simplement de réussir cette recette de cuisine ou finir ce livre que j’ai commencé, ou encore téléphoner à cette association…
- Se donner des récompenses
N’oublions pas de nous récompenser pour ce que nous avons fait de bien. Reconnaître le travail que nous avons accompli, les buts que nous avons atteints, les célébrer. Un repas entre amis pour célébrer ce nouveau travail, une petite douceur pour célébrer ce coup de fil que nous n’avions pas envie de passer, mais que pourtant nous avons passé.
- Se fixer des temps de détente, de plaisir, de rêve, de fantaisie, de sport, de relaxation ou de bien-être Comme vous prenez rendez-vous chez le coiffeur ou le dentiste, prenez rendez-vous avec votre plaisir ou en tout cas gardez un temps non négociable pour ce que vous aimez. Si vous structurez bien votre temps et que vous ne négociez pas avec votre bien-être, vous verrez que vous avez tout à fait le temps d’allier plaisir et obligations de la vie quotidienne. Le plaisir peut aussi être un rendez-vous à ne pas manquer. À nous de prioriser ce qui est important et vital pour notre santé (physique et psychique).


Karine Danan